Nicolas Sale

Nicolas Sale, portrait d’un Chef contemporain et inventif

De l’enfance à Aubervilliers aux « pianos » des grandes tables
Après une enfance en banlieue parisienne, avec le rêve de devenir coureur cycliste, Nicolas Sale choisit une formation de CAP Cuisine. Il débute en tant que commis aux Entremets de Vaudeville, puis au Pavillon Royal avec David Frémondière, sa première expérience en cuisine gastronomique.
A 22 ans, il intègre son premier étoilé « Les Magnolias » au Perreux-sur-Marne en tant que commis « entrées et desserts ». Après différentes expériences en tant que commis, puis second de cuisine auprès de grands noms de la cuisine (José Martinez, Alain Senderens, Bertrand Guéneron ou encore Jean-Pierre Biffi), il devient chef de partie pour Pierre Gagnaire.

Des palaces vers la consécration
Avant d’obtenir sa première consécration en 2007, Nicolas Sale met son talent au service de palaces parisiens (George V, Le Meurice, Hyatt Paris-Madeleine dont il devient Chef pour la première fois).
C’est en 2006 qu’il part dans le sud de la France afin d’y diriger la brigade du Monte Cristo, restaurant de l’Hôtel du Castellet. C’est dans cet établissement qu’il gagne, à 34 ans, sa première étoile Michelin.
Il garde son étoile après son passage à la Maison du Pêcheur du Beach Hôtel du Cap d’Antibes et c’est à la montagne qu’il met toute son expertise et son expérience en exergue.
A Courchevel, il prend possession des cuisines de la Table du Kilimandjaro, y obtient une étoile au Michelin, puis 3 ans plus tard, une seconde étoile avec Glenn Viel (qui le suit depuis les cuisines du Hyatt Paris-Madeleine).
Nicolas Sale n’en reste pas là, car la même année, il devient Chef du restaurant Le Kintessence du K2 Palace où il obtient une première puis une seconde étoile. En Savoie, il propose une cuisine aux saveurs méditerranéennes, choix audacieux dans une région qui penche habituellement pour des plats typiques.

Nicolas Sale s’inspire de son enfance (les goûts, les saveurs, les odeurs de la cuisine de sa grand-mère), de ses voyages et des rencontres qui ont échelonné son parcours.
En 2015, Nicolas Sale quitte Courchevel pour rejoindre les cuisines du Ritz à Paris.
Il prend la tête de La Table de l’Espadon (Nicolas Sale y obtient 2 étoiles Michelin en 2017) et des Jardins de l’Espadon (1 étoile Michelin en 2017). Il y impose une cuisine de saison, inventive, sobre et authentique. Cette même année, auréolé de ses étoiles, il est élu Chef de l’Année par le magazine « Le Chef ».
En mars 2021, Nicolas Sale quitte le Ritz pour de nouvelles aventures.
Nicolas Sale est également Président International des Disciples Escoffier.
Nul doute qu’à bientôt 50 ans, Nicolas Sale a encore beaucoup de son talent à nous partager !